TISON Paul (03/03/1882 - 15/09/14)

Morts pour la France du Mesnil-Théribus :

2- TISON Paul (03/03/1882-15/09/1914)

• Paul Tison est né le 3 mars 1882 à Marines.
• Il est le fils ainé de Paul Gustave TISON et de Marie Apolline BIENFAIT.
• Célibataire, Paul TISON est tabletier, domicilié au Mesnil-Théribus.
• Au début du mois de janvier 1903, Paul TISON est recensé sous le matricule de recrutement n°1188 et courant février, il est convoqué au tirage au sort du canton de Méru, pour déterminer la durée du service. Là, sous la surveillance des gendarmes, et devant le sous-préfet, il est appelé à son tour dans l'ordre des numéros de matricule de recrutement, il se détache de son groupe et vient retirer, d'une sorte de tambour, un étui de bois où se trouve enroulée une feuille de papier avec le numéro. Il tire le n°56 : c'est un petit chiffre. Il a plutôt tiré un mauvais numéro qui ne le met pas en bonne position pour espérer faire un an de service armé au lieu des trois ans de service armé pour les gros numéros.
• Le Conseil de Révision auquel assiste tous les maires des villages dont M. Langlois pour le Mesnil-Théribus, décide finalement, après un examen approfondi, de le classer dans la deuxième partie de la liste du recrutement cantonal. Il va apprendre qu'il est ''Bon, mais Dispensé (art. 21), Fils aîné de veuve. ''
• Le 14 novembre 1903 il est tout de même incorporé dans le 128e RI, matricule au corps n°5134, comme soldat 2e classe.
• Le 18 septembre 1904, il est ''envoyé en congé, en attendant son passage dans la réserve. Parti et rayé des contrôles le dit jour. Certificat de bonne conduite accordé.''
• Le 1er novembre 1906, il passe dans la réserve de l'armée d'active dans un autre régiment, le 51e RI, dont la caserne est à Beauvais, avec un nouveau matricule au corps n° 013997.
• Il effectue ses deux périodes d'exercices au 51e RI du 28 août au 21 septembre 1908 et du 14 au 30 mai 1912.

• 1914 … mois d'août ...
----------------------------

◦ Comme les 2 200 000 hommes de la réserve de l'armée d'active, Paul TISON est mobilisé le 1er août 1914 et part aussitôt rejoindre la caserne Watrin à Beauvais. Sous le matricule 013997, Paul TISON est incorporé au 51e Régiment d'Infanterie (RI) du Colonel Leroux, de la 6e Brigade (Bde) du Général Carré, de la 3e Division (Div) du général Cordonnier, du 2e Corps d'Armée (CA), de la Ve Armée dont les effectifs sont considérables: la Ve armée de 1914 à elle seule, compte autant d’hommes que toute l’armée impériale de 1870.

◦ Alors que les Allemands portent depuis 1907 une tenue de campagne pratique de couleur vert de gris, la teinte Feldgrau, Paul TISON porte un uniforme avec képi et pantalon rouge-garance ainsi qu'une longue et inconfortable capote gris fer bleuté.
▪..........Véritable cible pour les tireurs allemands, le rouge-garance (fabriqué par ailleurs en Allemagne par BASF) doit alors être dissimulé par des couvre-képis et des couvre-pantalons, ou à défaut en relâchant les pans des capotes...
▪.........Le changement de couleur, le bleu horizon, voté le 9 juillet 1914 par Messimy, ministre de la Guerre, sera long à mettre en œuvre pour un si grand nombre de soldats. Paul TISON devra aussi ternir les plaques du ceinturon et les boutons de capote avec du cirage noir, dont la brillance attire vite l'œil ennemi. Aussi durant l'hiver 1914, pas un homme n'est vêtu comme son voisin.

◦ Le 5 août, les unités reçoivent les messages patriotiques du Quartier Général, comme celui-ci, émanant du Général Sauret, commandant le 3e Corps d'Armée :
« Ordre N°1, Officiers, Sous-Officiers, Soldats du 3e corps d'Armée,
Le Chef du Gouvernement de la République a dit que la France se battait pour la liberté et pour le droit.
Quelle joie au moment où je prends le Commandement du 3e corps, d'être à votre tête, pour une aussi noble cause, conforme au rôle historique de notre Patrie.
J'ai confiance en vous, je compte sur votre patriotisme, de même que vous pouvez compter sur moi.
Chacun de nous fera son devoir.
Ensemble nous allons écrire une nouvelle page d'histoire, travailler pour léguer à nos enfants l'héritage de l'exemple et le fruit de nos sacrifices. »

◦ Le 11 août, Paul Tison arrive au corps, alors que le 51e RI est cantonné depuis le 9 août à Baâlon et Louppy-sur-Loison, dans le secteur de Stenay.
◦ Le 15 août, à 5h45 un aéroplane allemand passe au dessus de Baâlon, sans être inquiété par les tirs de la 2e et 4e Cie du 1er Btn commandé par le Chef de Bataillon Agel.
◦ Le 16 août, le 51e RI est toujours à Louppy-sur-Loison et Han-lès-Juvigny. Les convois restent tous groupés à Louppy-sur-Loison.

◦ Le 21 août, le 51e RI cantonne à Montmédy, qu'il quitte le lendemain matin à 1h30, pour aller affronter des forces allemandes qui sont signalées en Belgique. Paul TISON va alors s'engager dans l'offensive française en Belgique, la Bataille des Ardennes.
▪..........À 9h15, le 51e RI se porte à l'entrée du village de Villers-la-Loue.
▪..........À 11h, une violente canonnade de l'ennemi éclate sur le bois et sur l'espace de terrain compris entre le bois et le village, là où est établi une batterie d'artillerie.
▪..........À 11h30, le 2e et le 3e Btn se portent à l'attaque de l'ennemi signalé sur les crêtes dominant Villers-la-Loue au nord-est, avec pour objectif Meix-devant-Virton.
▪..........À 14h15, Meix-devant-Virton abandonné par les Allemands est occupé par le 2e et 3e Btn. Le village de Robelmont que l’on aperçoit dans un fond boisé, brûle. Aucune troupe n’est visible. Des rafales proviennent toutefois du mamelon 305 tenu par les Allemands. La position allemande est tellement favorable à la défensive que l’attaque est jugée impossible.
▪..........À 15h, les voitures à munition parviennent à retrouver le 3e Btn qui en avait bien besoin.
▪..........À 16h, le 2e Btn Berthon et le 3e Btn Mayer-Samuel reçoivent l'ordre de se diriger sur Robelmont.
▪..........À 18h, trois Compagnies du 1er Btn Agel et deux sections de mitrailleurs sont envoyés à la sortie du Haut-Bois, vers Sommethonne en renfort.
▪..........À 19h30, le feu de l'artillerie ennemi ayant cessé, les bataillons du 51e et 87e RI reçoivent l'ordre de tenir leur position.
▪..........À 23h, un dernier convoi de blessés se rend de Villers-la-Loue sur Sommethonne.
▪..........À minuit, la situation est devenu critique en raison des pertes importantes causées par l'artillerie ennemie et la confusion due aux mélanges des éléments des différentes unités que l'État Major essaye de ré-organiser.

◦ Le 23 août, le Général de la Div donne l'ordre de tenir coûte que coûte la ligne Meix-devant-Virton à Villers-la-Loue.
▪..........De 6h à 7h, 1er Btn Agel organise la défense de la lisière nord et nord-est de Villers-la-Loue, en creusant des tranchées.
▪..........À 15h30, le Général de Division donne l'ordre de cantonner à Sommethonne. Un duel d'artillerie se poursuit dans l'après-midi, à l'avantage de l'artillerie française, ce qui permet aux troupes de rester sur place jusqu'à la nuit.

◦ Le 24 août 6h30, le Colonel se porte au Bois-Haut à la lisière côté Sommethonne, auprès du Général de Brigade. Pour Paul TISON, c'est début du repli vers la Marne.
▪..........À 7h25, le Chef de Bataillon Agel reçoit l'ordre de se tenir prêt à évacuer Villers-la-Loue au premier signal. Le commandant Berthon établi à Sommethonne, organise une position de repli.
▪..........À 8h45, une violente canonnade est entendue dans la direction du nord.
▪..........À 12h35, l'ordre est donné au commandant Agel de se porter à Couvreux.
▪..........Dès le début de l'après-midi, le 51e RI commence le repli et se porte sur la ligne Couvreux -> Montquintin, où il installe le bivouac pour la nuit.

◦ Le 25 août 5h30, le Régiment se met en marche vers Fresnois et occupe Verneuil-Grand dès 9h45. À 18h40, il reçoit l'ordre de la 3e Div pour se replier sur Montmédy et Quincy-Landzécourt où il arrive à 20h et cantonne sur la route de Baâlon.
◦ Le 26 août, Pau TISON quitte le bivouac à 5h, et traverse la Meuse sur un pont de bateaux construit nord de Mouzay par les sapeurs du Génie dans la nuit. Il se dirige vers Beauclair où il arrive à 9h45. Après un long repos, il repart à 14h30 pour aller stationner dans les bois à l'ouest de Tailly. Il s'installe au cantonnement de Tailly vers 16h.

◦ Le 27 août, le 51e RI doit tenir la sortie nord-est de la Forêt de Dieulet.
▪..........À 4h, le Régiment est alerté et quitte le cantonnement de Tailly, direction Laneuville-sur-Meuse. Les 2e et 3e Btns quittent Taillay à 4h15 et se portent par Beauclair à la forêt de Dieulet. Le 1er Btn escorte le Groupe d'Artillerie et part à 4h30.
▪..........À 7h45, une violente canonnade sur Cesse provoque l'incendie du village. Le 2e Btn est affecté à la défense de Laneuville-sur-Meuse.
▪..........À 12h30, des colonnes profondes ennemies se retirent de Martincourt-sur-Meuse vers Olizy-sur-Chiers, au nord-ouest.
▪..........À 15h15, la reprise de l'offensive amène la 3e Div à exécuter une contre-attaque sur Cesse qui est effectivement lancée à 19h. Les Allemands quittent la position et abandonnent Cesse après avoir incendié entièrement cette localité.

◦ Le 28 août, le repli amène Paul TISON sur la route Laneuville-sur-Meuse -> Beauclair qui traverse le bois de Dieulet. Il parvient au Château de Belval où il cantonne après 19h.
◦ Le 29 août, Paul TISON est réveillé à 2h20. Une alerte du Général de Brigade oblige le Régiment à quitter le Château de Belval à 3h15, pour se porter sur la route Fossé -> Buzancy, où la Brigade reçoit l'ordre à 11h d'organiser une position de repli et de constituer une flanc-garde face au nord et au nord-est afin d'assurer l'écoulement du Corps d'Armée. Paul TISON cantonne à Thénorgues avec le 51e RI qui reste en alerte.

◦ Le 30 août 4h30, la cavalerie du 19e Chasseurs passant vers Fossé est accueillie à coups de fusils dans la direction de Vaux-en-Dieulet.
▪..........À 5h50, une violent canonnade et une fusillade proviennent de la même direction.
▪..........À 6h40, la 10e Div est attaquée à Fossé et se replie sur Buzancy. L'Infanterie ennemie occupe Saint-Pierremont, le bois et le village.
▪..........À 9h15, la 6e Bde installe un réseau d'avant-poste, Harricourt -> Bar -> Buzancy -> Sivry-lès-Buzancy, pour couvrir le Corps d'Armée.
▪..........En vue de préparer un mouvement offensif, le 51e RI fait partie d'une avant-garde et tient la colonne de droite en se dirigeant sur la cote 255 et Fontenoy. Le combat est engagé de 17h30 à 19h et les troupes passent la nuit sur leur position.

◦ Le 31 août, le mouvement offensif est repris. Le 3e Btn occupe Fontenoy, le 1er Btn tient la cote 255.
▪..........À 5h, une vive fusillade provient de Sommauthe. Elle se poursuit jusque 6h, puis continue par rafale intermittente dans la direction de Vaux-en-Dieulet. La cavalerie du 19e Chasseurs est accueillie à coups de fusils chaque fois qu'elle se présente devant les Petites Sartelles.
▪..........À 7h, un ordre est donné au 51e RI de tenir ferme sur les Sartelles où sont engagés les 1er et 3e Btn. Mais à 10h15 ce dernier se replie entre la cote 242 et 255.
▪..........À 11h30, le colonel Leroux du 51e RI lance une contre-attaque sur Fontenoy avec le 1er Btn afin de dégager le 128e RI qui a échoué sur cette position. Le 3e Btn est rappelé de sa position de repli pour venir appuyer cette attaque.
▪..........Les 1er et 3e Btns s'acheminent vers Fontenoy, sous un feu d'enfer de l'artillerie ennemie et y pénètrent sans avoir à en repousser l'infanterie ennemie qui venait d'évacué la localité. Fontenoy est alors bombardé par l'artillerie lourde allemande. Le village est intenable et est évacué par les 1er et 3e Btns qui se portent sur les croupes est et sud-est du village. Le 3e Btn du 72e RI qui se trouve à Harricourt est envoyé en renfort pour occuper les hauteurs au sud de Fontenoy; cependant il ne peut dépasser la cote 255, en raison du repli de la 6e Bde. Ce bataillon va rester là en soutien d'artillerie jusqu'à ce que l'artillerie du 42e Régiment d'Artillerie de Campagne elle-même se retire. Les 1er et 3e Btns finissent eux-aussi par recevoir l'ordre de se replier plus au sud. Le repli général est organisé à la ferme de la Malmaison et la 6e Bde se dirige sur Imécourt où elle cantonne, pour enfin pouvoir se reposer.
▪..........En partant, Paul TISON laisse à Fontenoy Georges Boulanger du 128e RI, le premier camarade du Mesnil a tomber sur le champ de bataille de cette guerre qui va s'éterniser.

• 1914 … mois de septembre ….
---------------------------------------

◦ Le 1er septembre, parti à 5h15 du matin, Paul TISON arrive à 17h30 à Senuc au nord de l'Aisne, où il cantonne.
◦ Le 2 septembre, son régiment couvre le secteur du pont du chemin de fer sur l'Aisne à Grandham. Le 3e Btn Mayer-Samuel occupe la rive gauche de la voie ferrée jusqu'à la route Senuc -> Montcheutin. Le 1er Btn Agel tient le pont de l'Aisne à la lisière ouest de Grandham. Le 2e Btn Berthon est détachée à la ferme Ricart (à 2km au nord-est de Grandham), afin de parer aux infiltrations ennemies à travers la forêt. À 11h, suite à une réorganisation du commandement, les 1er et 3e Btns sont sous les ordres du commandant Agel. À minuit ces deux Bataillons se replient sur le village d'Autry où ils bivouaquent.

◦ Le 3 septembre, le repli se poursuit et le 51e RI vient occuper le cantonnement de Chaudefontaine au nord de Sainte-Ménehould, qu'il quitte le lendemain matin à 3h40 pour se rendre à Charmont et arriver à Dommartin-sur-Yèvre vers 18h00.
▪..........Le soir, le 3e Btn cantonne à Dampierre-le-Château, le 1er Btn à Épense et le 2e Btn à Varimont et Somme-Yèvre.
▪..........À 2h35, on entend la canonnade ennemie qui balaye la route de Noirlieu. Une fusillade ennemie commence sur le front et vers le sud-ouest. La 12e Cie Hayot du 3e Btn s'est repliée après avoir subi des pertes sensibles.

◦ Le 5 septembre, le repli se poursuit. À 6h30, le 1er et le 2e Btn arrivent à Blesme, le 3e Btn à Scrupt. Le lendemain Paul TISON va vivre la fin du repli, et le début de la Bataille de la Marne.
◦ Le 6 septembre 9h, une violent canonnade ennemie tombe sur les troupes chargées de la sûreté de la 3e Div. Des projectiles de gros calibre éclatent aux abords du cantonnement de Blesme.
▪...........le 51e RI occupe Blesme, avec une Compagnie postée au nord de Blesme, face à la ferme des Braux.
▪..........À 12h15, la 8e Cie Dumas est envoyée au nord et près de Blesme, face à la ferme Les Braux, pour appuyer deux Compagnies du 72e RI aux prises avec de l'infanterie allemande devant laquelle elles semblent momentanément en infériorité. Les trois autres Compagnies du 2e Btn se rapprochent également de façon à soutenir la 8e Cie si besoin. La 4e Cie Tarrit est envoyée à Domprémy pour établir la liaison avec le Corps Colonial.
▪..........À 16h, le Chef de Bataillon Berthon est blessé; le commandement du 2e Btn est alors remis au Capitaine Laprun, adjoint du Colonel du 51e RI.

◦ Le 7 septembre à 4h50, la 8e Cie Dumas est aux prises avec de l'infanterie allemande venant de la ferme Les Braux et semblant s'acheminer sur Dompremy. Une vive fusillade s'engage. La Compagnie Dumas retranchée depuis la nuit, repousse toutes les attaques. Elle est aussitôt ravitaillée en munition par le Capitaine Laprun. Avec l'appui d'une demi-section du 2e Btn, elle parvient à résister toute la journée.
▪..........De 14h à 15h, Blesme est violemment bombardé, le village est en feu. Le 2e Btn tient toujours ses positions à 800m au nord-ouest de la ferme de Bémont face à la ferme des Braux.
▪..........À 15h30, la canonnade redouble d'intensité sur Blesme détruisant un grand nombre de maisons, démolies ou incendiées.
▪..........À 17h, le 1er Btn Agel est obligé d'évacuer le village pour venir rejoindre le 2e Btn le long de la voie ferrée à l'ouest du passage à niveau. Le Colonel Leroux est blessé en se portant de Blesme sur la voie ferrée. Le Chef de Bataillon Agel du 1er Btn prend le commandement du 51e RI. Le commandant Hayot le remplace à la tête du 1er Btn. Les 1er et 2e Btns restent sur leur position; le 3e Btn Mayer-Samuel quant à lui, est envoyé à Saint-Lumier-la-Populeuse.

◦ Le 8 septembre à 6h, l'artillerie et la mousqueterie ennemies se déchainent sur toute la ligne. La 8e Cie Dumas, est renforcé par une section du 45e RI qui vient d'arriver à Blesme. À 9h, les Allemands occupent Dompremy. Le Capitaine Tarrit de la 4e Cie est blessé pendant la défense du village. L'artillerie Française bombarde Dompremy. La 1ère Cie Fahner tient la station d'Haussignémont avec une Compagnie du 91e RI. La canonnade reste vive toute la journée; l'artillerie allemande tire avec acharnement sur le front du chemin de fer de Blesme. Le 87e RI part à l'attaque de Dompremy. Les Allemands abandonnent le village devant la détermination des Français. À la tombée de la nuit, les 1er et 2e Btns restent sur leur position, se préparant à un retour offensif allemand éventuel.

◦ Le 9 septembre à 6h, Paul TISON reprend le combat avec ses camarades du Régiment sous un duel d'artillerie.
▪..........À 8h, les 1er et 2e Btns occupent toujours le talus de la voie ferrée de Blesme face au nord-ouest. Le 1er Btn tenant la gauche à Haussignémont, et le 2e Btn tenant la droite en liaison avec le 3e Btn établi vers le château de Bussemont à Saint-Lumier.
▪..........À 11h, des coups de fusils se font entendre sur toute la ligne avancée du front. La canonnade faiblit, quelques obus qui tombent encore sur Blesme pour cesser complètement à midi.
▪..........À 14h30, la canonnade reprend, touchant sérieusement la section de Mitrailleurs. Elle s'étend sur tout le front du Régiment jusque 18h.

◦ Le 10 septembre, dès 4h30 la ligne de tranchée du régiment en avant du pont de Blesme est attaquée. Les Allemands se sont infiltrés dans la ferme de Bémont pendant la nuit. Le Capitaine Dumas de la 8e Cie est tué.
▪..........À 5h30, les Allemands lancent une attaque générale sur la voie ferrée tenue par les 1er et 2e Btns. Le pont de Blesme est bombardé. Le Sous-Lieutenant Raynal de la 7e Cie est tué. La voie ferrée est défendue avec opiniâtreté par le 2e Btn qui ne cède pas un pouce de terrain malgré une fusillade des plus nourries. Il est ravitaillé sous une grêle de balles et de projectiles.
..........Alors qu'à 9h le feu de l'infanterie allemande est à peu près éteint, l'artillerie ennemi tire encore quelques obus sur Blesme. Jusque 10h30, la canonnade et la fusillade continuent dans la direction d'Haussignémont.
▪.......... À 16h30, l'ennemi est repoussé. Un détachement de 60 prisonniers dont 10 officiers est amené par les unités du 2e Btn et conduit sur l'État Major de la 3e Div à Blesme. Plusieurs blessés dont un capitaine allemand sont dirigés sur Blesme. L'ennemi semble complètement démoralisé; les 1er et 2e Btns passent la nuit sur place. La bataille de la Marne semble gagnée.

◦ Le 11 septembre, l'ennemi se replie. Les troupes prennent un peu de repos. À 9h45, les 1ère et 3e Cies du 1er Btn partent de Blesme pour aller cantonner à Bignicourt en attendant l'arrivée des Troupes Coloniales. Puis elles se portent sur Étrepy où elles se joignent à deux Compagnies du 3e Btn. La mission est de participer à la prise de possession des passages de l'Ornain.
◦ Le 12 septembre voit la poursuite de l'ennemi en retraite. À 4h30, les 1e et 2e Btns quittent Blesme encadrant un Groupe d'Artillerie pour aller vers Possesse. Le 51e RI fait partie de la colonne de gauche de la 3e Div dont l'avant-garde est constituée par le 3e Btn Mayer-Samuel. À 18h, Paul TISON arrive et cantonne à Possesse.

◦ Le 13 septembre 7h20, départ de Possesse pour aller à Sainte-Ménehould.
▪..........à 9h15, deux escadrons ennemis sont signalés au nord de la Neuville-aux-Bois. La Brigade arrive à Daucourt alors que l'ennemi occupe les positions en avant de Sainte-Ménehould, face à Daucourt.
▪..........À 13h, l'ennemi essaye de faire front. Le 2e Btn Laprun reçoit l'ordre de s'emparer de Verrières. L'infanterie du Régiment pousse de l'avant soutenue par l'artillerie.
▪..........15h30, Dancourt est bombardé jusque 20h, alors que l'ennemi se replie à 17h, permettant au 2e Btn d'occuper Verrières. L'ennemi s'est retiré dans les profondeurs de la forêt de l'Argonne et sur Moiremont.
▪..........À 20h30, les 1er et 2e Btns cantonnent à Sainte-Ménehould.

◦ Le 14 septembre, le 51e RI, intégré à la colonne du général Carré, quitte Sainte-Ménehould à 5h25, pour se diriger sur les Islettes en vue de repousser l'ennemi.
▪..........À 10h30, le 51e RI parvient aux Islettes et se repose quelques heures.
▪..........À 13h30, le Régiment s'engage alors dans la vallée de la Biesme en marche sur Vienne-le-Château, d'où on entend le canon. Le 3e Btn se porte sur la Chalade et le Four de Paris avec une Compagnie en flanc-garde sur la Placardelle. Le 2e Btn se porte au Four de Paris.
▪..........À 16h, deux Btn du 87e RI renforcés par deux Compagnies du 51e RI, se préparent à attaquer Vienne-le-Château.
▪..........À 16h45, une troupe de Cavalerie et d'Infanterie ennemies est signalée dans la direction de Varennes-en-Argonne, marchant sur le Four de Paris. Le 3e Btn Mayer-Samuel se déploie à cheval sur la route du Four de Paris à Varennes.
▪.........Le 1er Btn Hayot du 51e RI est en réserve au Four de paris. Une batterie est placée à la Placardelle. À 17h l'ennemi évacue Vienne le Château occupé deux heures après par le 51e RI.

◦ Le mardi 15 septembre, le 1er Btn occupe la Chalade, le 3e Btn est au Four de Paris. Le 2e Btn a mis sa 8e Cie à La Harazée en soutien de la 7e Cie envoyée à la Fontaine-aux-Charmes avec mission de surveiller l'aile gauche de la ligne ennemie. Il a également sa 6e Cie à Vienne-le-Château en soutien de la 5e Cie du Sous-Lieutenant Gouin, envoyé à la cote 176 ( 2km au nord de Vienne-le-Château) avec mission de couvrir la droite de l'attaque sur Binarville par la 147e RI.
▪..........À 8h45, un ordre est donné au 1er Btn de venir à La Harazée.
▪..........À 15h, le Sous-Lieutenant Gouin est mortellement blessé. Le Général Cordonnier commandant la 3e Div est blessé et remplacé par le Général Carré de la 6e Bde.
▪..........À 18h, les 6e et 8e Cies du 2e Btn et le 1er Btn vont occuper le saillant sud du bois Triangulaire situé au nord de St Thomas, avec la mission d'organiser une position de repli entre les cotes 183 et 188 occupées par le 87e RI.
◦ C'est ce mardi 15 septembre 1915, par un temps épouvantable et par des chemins complètement détrempés que Paul TISON est «tué à l'ennemi», à Saint-Thomas-en-Argonne, probablement au cours des événement survenus à 15h.

◦ Il vient s'ajouter aux 67 000 morts de la première Bataille de la Marne, toutes origines confondues.

--------------------------------------------
◦ Les témoignages du Médecin-Major Mathieu du 51e RI et du Sous-Lieutenant Marot du 51e RI attestent de son décès, confirmé par l'avis ministériel du 3 mai 1915.
• Le jugement est rendu le 08 mars 1917 à Beauvais: le jugement du tribunal déclare « les renseignements recueillis ne laissent aucun doute sur la réalité du décès du susnommé ».
• Paul TISON est déclaré « Mort pour la France ».
• Il est inhumé dans l'ossuaire de la nécropole nationale de Sainte-Ménehould, .
• Son acte de décès est transcrit au Mesnil-Théribus le 16 avril 1917, acte n° 5.
• Son nom figure sur une plaque commémorative, sur un pilier à l'entrée (?) de l'église de Fresneaux-Montchevreuil.

fin